Earl and the Fairy (The)

earlfairy
    Amazon

Lydia Carlton est une doctoresse des fées vivant dans l’Angleterre victorienne. Elle tient son métier de sa capacité unique à voir et communiquer avec les êtres féeriques. En faisant un voyage en direction de Londres, elle fait la rencontre du séduisant Edgar J. C. Ashenberg. Apprenant que ce dernier est à la recherche d’un trésor qui s’avère être une épée légendaire, Lydia se décide, un peu sous la contrainte, à le suivre dans son long voyage. Leur périple va vite se transformer en une fabuleuse aventure. Mais une question taraude Lydia. Pourquoi Edgar veut-il retrouver cette épée et quel usage veut-il en faire ?

Critique par Claire

La série est en quatre volumes et est une adaptation d’un roman de Tani Mizue.

 Un shojo (manga dirigé vers les filles) sur les thèmes suivant : fantasy, historique, romance, aventure.

Une série qui sort donc un peu du modèle habituel des mangas actuels. Ici pas de niaiseries sur les fées et leur monde mais une Angleterre du 19 ième siècle, mystérieuse et pas très engageante aux premiers abords !

L’histoire tourne autour de Lydia, doctoresse des fées embarquée par un homme énigmatique dans une chasse au trésor où leurs concurrents seront près à tout pour réussir avant eux. Les personnages sont charismatiques et les êtres fantastiques sont traités avec finesse en les abordant sous la forme de légendes et d’histoires passionnantes.

Le coup de crayon est délicat mais le dessin est également très fourni et les décors un peu trop rarement abordés sont soignés. On sent chez Ayuko une réelle envie de dégager l’atmosphère de cette Angleterre victorienne que l’on peu souvent apercevoir dans certains films ou livres. Les scènes d’actions m’ont laissé un peu perplexe car très confuses et trop peu détaillées.

Pour résumer, The Earl and the Fairy est une vraie pause dans toute la panoplie de shojo en lycée et collège qui ne se terminent jamais !

  • Critiqué par
  • octobre 2013

Laisser un commentaire

Earl and the Fairy (The)