Dengeki Daisy

daisycouverture
    Amazon

« Quoi qu’il arrive, je te protègerai.” Depuis la mort de son frère, l’unique parent qui lui restait, Teru vit seule, avec pour soutien moral, le téléphone portable que son frère lui a donné et sur lequel elle reçoit les mails d’un personnage mystérieux se faisant appeler “Daisy”. Un jour, pour une raison idiote, elle se retrouve à travailler au service de Kurosaki, le gardien du lycée aux allures de voyou. Mais ce vaurien n’aurait-il pas quelque chose à cacher à Teru ?

Critique par Claire

Dengeki Daisy fait parti de ces mangas qui sortent de l’ordinaire. La première chose qui m’a attiré dans celui ci est tout d’abord le graphisme, mélangeant les codes du shojo avec un style assez sec. C’est là où une autre des originalités de ce manga entre en compte, ce shojo est l’œuvre d’un homme. (voir note bas de page)
Alors que le style pourrait nous sembler réservé aux femmes, Motomi Kyosuke s’installe tranquillement dans le genre avec un mélange de délicatesse et d’humour rafraîchissant.

Teru est donc une jeune fille dynamique, malgré un lourd passé, elle semble heureuse et épanouie. Mais n’est-ce pas uniquement une façade ? C’est à Daisy, qu’elle ne peut contacter que par mail, qu’elle confie ses craintes et espoirs.
Kurosaki, quant à lui, est l’homme à tout faire de l’école, étiqueté comme « voyou », le jeune homme cache en fait, un lourd secret.

L’histoire débute dans le lieu scolaire mais se développe en quelque chose de plus complexe. Les enjeux grossissent au fur et à mesure des tomes et la tension est présente. Pour équilibrer cela Motomi Kyosuke dessine des personnages hauts en couleur, pleins d’humour et très attachants. Le personnage de Teru reste fidèle à elle même et c’est qui fait que ce manga est une réussite.

Dengeki Daisy est un shojo complètement à part qui allie un sujet complexe et un très bon humour, à découvrir !

Mise à jour :
Il s’avère que le mangaka derrière Dengeki Daisy soit en fait UNE mangaka. La jeune femme aime se faire passer pour un homme, mais elle a finalement révélé son identité. Cependant ma critique est toujours d’actualité, car la mangaka ne se prête pas qu’au jeu du shojo, elle reste une artiste au style particulier.

  • Critiqué par
  • octobre 2013

Laisser un commentaire

Dengeki Daisy