Blacksad #4 – L’Enfer, le silence

blacksad4
    Amazon

Années 1950, La Nouvelle-Orléans, où la fête de Mardi gras bat son plein. Grâce à Weekly, un producteur de Jazz dénommé Faust fait la conniassance de Blacksad. Faust demande à ce dernier de s’occuper d’une affaire: un de ses musiciens, le pianiste Sebastian, a disparu. Il n’a pas donné signe de vie depuis des mois, mettant en péril le label musical privé d’une star. Faust craint que Sebastian ait, une fois de trop, sombré dans la drogue. Sa requête est d’autant plus pressante que Faust se sait atteint d’un cancer. Blacksad accepte la mission et découvre peu à peu que Faust ne lui a pas tout dit. Il s’aperçoit qu’il est lui-même manipulé, mais décide tout de même de retrouver Sebastian pour comprendre les raisons de sa disparition. Il ne sait pas encore qu’il va connaître son enquête la plus éprouvante, à plus d’un égard.

Critique

La nouvelle affaire de Blacksad, dégotée par Weekly, l’envoi dans la si charismatique Nouvelle-Orléans. Un talentueux pianiste, Sebastian a disparu et son producteur veut absolument le retrouver. John Blacksad va devoir plonger dans les sombres histoires d’un lieu où les masques cachent de nombreux secrets.

Voodoo, jazz, rythm’n blues, déguisement et drogue voici la Nouvelle-Orléans ! Du moins selon Blacksad ! Cette affaire là est bien plus complexe que ce qu’elle pourrait révéler aux premiers abords.

Les ambiances de ce lieu si pittoresque se déploient sur les pages à coup de superbes couleurs, de détails, de personnages on est presque à se demander si les confettis ne vont pas nous sauter au visage. Graphiquement ce tome est sûrement le meilleur des quatre parus.

Au niveau du scénario, une fois de plus, on ne peu se fier à rien ni personne ! Et c’est ce qui fait de la série Blacksad de si bon polar. Nous avons également droit à quelques maigres indices sur la jeunesse du héro.

http://www.youtube.com/watch?v=0qVc3huFEjM

  • Critiqué par
  • novembre 2013

Laisser un commentaire

Blacksad #4 – L’Enfer, le silence