Aventures de Lucky Luke d’après Morris (Les) #3 – L’homme de Washington

aventures-lucky-luke-d-apres-morris-tome-3-homme-washington-l
    Amazon

Alors que la campagne fait rage et que les menaces d’attentat se multiplient, Lucky Luke est chargé d’escorter dans l’Ouest sauvage Rutheford Hayes, candidat à l’investiture suprême. De Memphis au Texas, des tribus indiennes aux saloons les plus mal famés, la balade ne sera pas de tout repos.

Critique par Cédric

Troisième collaboration du duo Achdé/Gerra, l’homme de Washington sort en 2008 à la fin du second mandat de George W Bush aux Etats Unis, vous me demanderez « quel rapport avec une aventure de Lucky Luke ? » : Le scénario, mesdames et messieurs, ainsi que les personnages. L’histoire se déroule en pleine élection présidentielle américaine où le candidat démocrate Rutherford Hayes décide de partir faire campagne dans l’ouest sauvage pour contrecarrer la montée d’un candidat texan ouvertement républicain, qui a fais fortune dans le pétrole… non ce n’est pas JR de Dallas ! Il s’agit de Perry Camby, un homme extrêmement riche est puissant, prêt a tout pour conquérir le pouvoir en gagnant cette élection, corruption, assassinat… Et la idée de génie « et si on le dessinait sous les traits de George W. Bush ? ». Ben voyons, allons y dans la caricature, l’humour a charge etc etc. Vous avez compris cela ne me plait pas du tout, Morris c’est toujours moqué des travers de la société américaine, mais jamais a ce niveau. Et tout y passe, l’amour des américains pour les armes. Je trouve même génante une critique du niveau culturel moyen des américains. D’accord la société US est loin d’être parfaite, mais avait-on besoin de cela. Puis la comparaison avec l’ancien président US est quand même rude. La critique et les moqueries oui, mais de façon plus subtile, cela n’aurait pas été du luxe !

Au fur et a mesure de l’histoire on se retrouve devant de nombreux personnages connus, comme James East et Arthemus Gin (Jim west et Arthemus Gordon des mystères de l’Ouest), une certaine Britney Schprires, chanteuse de cabaret à Columbus. Ici, rien de choquant Gerra adore incorporer des éléments plus ou moins anachroniques dans les albums. On se souviendra d’un certain Joe Dassin vendant l’histoire des Daltons dans « la corde au cou » (tagada tagada).

L’histoire est quand même bien construite, on retrouve absolument tous les personnages qui ont fait le succès de Lucky Luke. Du cuisiniers français à la femme du président plus ou moins tyrannique puis le majordome chargé d’approvisionner Hayes en alcool en douce et le conducteur de diligence au langage fleuri ainsi que des membres du Ku Klux Klan, des musiciens de Memphis, des indiens, une colonie allemande en plein Oktoberfest, des ouvriers chinois du chemin de fer… On voit défiler toutes les composantes de la société américaine. Tout s’enchaine très vite, la lecture se fait rapidement et se place dans les albums qui, pour moi, auraient pu être excellent mais qui au final sont juste bien. A cela Gerra et Achdé ajoute des personnages bien contemporains comme le conducteur de train syndiqué, ou les membres du lobby des armes.

Comme d’habitude rien à dire sur les dessins, même si certaines représentations de personnages sont assez « bizarres ». Je trouve le cuisinier français (Vattel) pas très bien représenté. Ahhhh j’allais oublier, nous avons droit à la présence d’une légende de l’Ouest dans cet album, Billy The kid, au début et à la fin de l’album, une sorte d’épanadiplose (et oui souvenez-vous le chef d’œuvre cinématographique qu’est PROFS avec Patrick Bruel) !

Laisser un commentaire

Aventures de Lucky Luke d’après Morris (Les) #3 – L’homme de Washington