Astérix #36 – Le Papyrus de César

papyrus-cesar
    Amazon

Deux ans après le succès d’Astérix chez les Pictes, les personnages créés par René Goscinny et Albert Uderzo sont de retour dans un nouvel album écrit par Jean-Yves Ferri et dessiné par Didier Conrad. Tous les ingrédients de la potion magique Astérix sont au rendez-vous : l’Histoire de Rome et des Gaulois est revue et corrigée à coups de gags et de jeux de mots en pagaille ! Par Toutatis ! En octobre 2015, toute la Gaule sera occupée.
A lire LE PAPYRUS DE CESAR !

Critique par Cédric

Deux ans après le controversé Asterix chez les Pictes, Conrad et de Ferri sont de nouveau aux manettes pour un très attendu « Le Papyrus de César », forcement quand on fait une pub monstrueuse pour un album, on crée des attentes.
J’ai un peu parcouru les sites spécialisés car je dois vous avouer qu’après 3 lectures j’ai encore du mal à me décider. Pour la majorité des gens, l’album est réussi, on retrouve une histoire digne de la saga Astérix. Malgré un scénario « touffu » et qui met un peu de temps à démarrer, derrière tout s’enchaine parfaitement et on se laisse guider facilement par l’auteur de calembour en running gag. C’est très bien pensé et assez plaisant. Sur le dessin pas grand-chose à dire, on voit un gros travail sur les personnages et les environnements. Mention spéciale pour la forêt des Carnutes qui est représentée de façon magnifique. Un petit bémol sur certains choix de couleurs…
Il y a quand même quelques points négatifs à mon gout. En premier lieu, dans l’album Astérix et Obélix rentrent dans la forêt des Carnutes tranquillement avec le consentement du druide sentinelle… Si ma mémoire est bonne on apprend dans Astérix et les Goths que la forêt est interdite au non druide et nos deux héros attendent gentiment a l’extérieur de la forêt… Joli raté !
Autre point qui a dérangé le fan d’Astérix qui sommeille en moi, à la fin de l’album on voit Panoramix prendre de la potion magique « ancienne » et devenir extrêmement agressif, participant même à la bataille finale. A-t-on déjà vu Panoramix donné un coup dans un album d’Astérix ? Cela me chagrine un peu.
Un petit coup de gueule pour finir, cet album d’Astérix se place dans la lignée des derniers albums de Lucky Luke, ils se veulent dans la satire de la société, ici la société d’information avec l’omniprésence des pigeons « voyageurs » dans l’album. Alors je veux bien, mais attend-t-on cela d’un Astérix ? Et un dernier minuscule reproche sur certains choix de noms…

Il se rapproche beaucoup de « l’identité Astérix », les auteurs ont pris quelques libertés que les fans historiques comme moi ne manqueront pas de rappeler.

Laisser un commentaire

Astérix #36 – Le Papyrus de César