Amazon

Portrait intime et insolite du réalisateur Jim Jarmusch sur le tournage de son dernier film, Only Lovers Left Alive.

Critique par Isabelle

C’est un très beau documentaire qu’on a sous les yeux, à l’image du film. On se retrouve sur le tournage de Only Lovers Left Alive à regarder comment se sont effectuées 3/4 nuits de tournage. On voit comment certaines scènes ont été mises en place. On voit certaines répétitions puis tournage de ces scènes. C’est assez marrant de voir ce qui au final a été coupé au montage. Certaines répliques, notamment d’Adam, ont disparu lors du montage final. C’est aussi sympa de voir le rapport au détail que à Jim Jarmusch.

C’est un film intéressant parce qu’on voit l’envers du décor. On est centré sur le tournage en lui-même et sur Jim Jarmusch. C’est vraiment l’approche particulière du réalisateur vis à vis de son film. On a d’ailleurs la même ambiance dans le film et dans le documentaire. Ce qui aide sont les musiques qui sont celles du groupe SQURL et celle de Yasmine Hamdam qui sont dans le film. On voit vraiment certaines scènes et certains plans se créer sous nos yeux. C’est vraiment bien fait.

La réalisatrice dit qu’on peut voir ce documentaire sans avoir vu le film, je pense que c’est vrai. Il n’y a pas de voix off pour expliquer les images. Les seuls voix qu’on entend sont celles des acteurs, du réalisateur et des techniciens de Only Lovers Left Alive. D’ailleurs, j’ai trouvé dommage qu’on ne sache pas les lieux. Il est clair que les 3/4 du documentaire sont tournés à Tanger. Cependant, il s’avère que les intérieurs de la maison d’Adam qu’on voit dans le documentaire ont été tournés à Cologne. Ca aurait été sympa d’avoir juste un petit mot sur les images pour nous dire les lieux et le jour de tournage.

Je crois que j’ai autant aimé ce documentaire que le film qui y est associé. Et d’ailleurs pour ceux qui n’ont pas la chance d’aller le voir au cinéma, sachez qu’il va être mis dans les bonus du DVD de Only Lovers Left Alive qui sort le 25 juin.

Laisser un commentaire

Travelling at night with Jim Jarmusch