megamind
    Amazon

Les studios DreamWorks Animation vous présentent « Megamind », le superméchant le plus génial de toute l’histoire de l’humanité. Et le pire loser aussi… Depuis des années, il essaie par tous les moyens de conquérir Metro City. En vain : chacune de ses tentatives est mise en échec par l’invincible Metro Man, et tourne à la farce. Jusqu’au jour où Megamind tue Metro Man ! Mais un superméchant a besoin d’un superhéros pour se sentir exister et avoir un but dans la vie. Megamind a donc l’idée de se fabriquer un nouvel adversaire : Titan, encore plus grand, plus fort et plus héroïque que le précédent. Problème : Titan découvre vite que c’est bien plus drôle d’être un méchant que de protéger les hommes. Et encore plus amusant de détruire le monde que de le diriger…
Pris au piège, Megamind réussira-t-il à vaincre sa diabolique création ? À devenir le héros inattendu de sa propre histoire ?

Critique par Isabelle

Bon c’est la mode des bonhommes bleus. Celui-là, on se demande pourquoi il est bleu. C’est sensé le rendre méchant? Les schroumpf sont bleus, les Navi aussi. Donc, si c’était le but ça marche pas du tout. Ils auraient du le faire vert. Et là, vous allez me répondre que c’est du déjà vu.

Tout ça pour dire que Megamind je n’y crois pas. C’est un film pour enfant pourtant il apprend aux enfants que on peut être un méchant parce que si on fait une bonne chose super géniale, on s’en sort et on nous pardonne d’avoir été méchant. Ouais, et bah non. Un méchant ne devient pas gentil pour une fille. Un méchant ne devient pas gentil parce qu’il se sent seul. Et surtout un gentil ne devient pas méchant parce qu’il l’a décidé. Donc, niveau scénario, je n’ai pas du tout aimé. Ce n’est pas qu’il tienne pas la route du début à la fin, c’est juste que ce n’est pas le genre de choses que je veux qu’un enfant voie.

Voyons les émotions que le film est sensé nous donner. Et comme toujours, dans un film animé, j’aime beaucoup rire. Dans Megamind, je n’ai que peu rit. Les blagues drôles étaient dans la bande annonce. Et c’est dire! Les créateurs ont aussi cherché à nous faire pleurer. Mais le petit bonhomme bleu maltraité par le gentil héros parfait dès son enfance ne vous fait que froncer les sourcils quand la femme qu’il aime le laisse tomber. Plus on en rajoute dans le mélancolique, moins on le devient.

Bref, Megamind rate son entrée dans la cour des grands super-héros pour enfants et aussi dans celle des super-héros pour enfants. On regarde ce film une seule fois, pas plus.

Laisser un commentaire

Megamind