cesamours
    Amazon

Le destin flamboyant d’une femme, Ilva, qui, sa vie durant, a placé ses amours au dessus de tout et se les remémore au rythme d’un orchestre symphonique. Dans cette fresque romanesque, Ilva incarne tous les courages et les contradictions d’une femme libre. Et si ce n’était pas Dieu qui avait créé la femme mais chaque homme qu’elle a aimé ?

Critique par Isabelle

Je m’étais dit en voyant la bande annonce que ce film avait l’air bien. J’aimais bien l’idée de la fille prise entre deux hommes. Seulement l’histoire ne m’a pas convaincu et n’était pas ce à quoi je m’attendais.

On voit une succession d’actions, de personnages qui se croisent, s’entrecroisent. Et justement, il y en a un peu trop. Il m’est arrivé de ne pas savoir qui était telle ou telle personne. Ce n’est pas compliqué. C’est juste pas clair. Les choses sont plus implicites que dites et au bout d’un moment ça perturbe et on ne sait plus où on en est.

J’ai bien aimé les acteurs, en tous cas je ne les ai pas détesté. Ils ne m’ont pas perturbé. Je ne me suis pas dit qu’ils étaient merveilleux. Je ne me suis pas non plus dit qu’ils étaient nuls. Ils étaient agréables.

La musique, elle, est répétitive. Ca devient lassant d’entendre 30 fois la même chanson, chantée différemment. Et c’est d’autant plus chiant que la dite musique n’est pas agréable. Je n’aime pas sortir d’un cinéma avec une musique que je n’aime pas en tête. Ceci mis à part, le reste de la musique est bien. Elle est d’ailleurs très importante dans le film. Dommage que ce ne soit pas mon style de musique.

J’ai bien apprécié ce film. On dirait pas hein? Mais les dix dernières minutes auraient dus ne pas être filmés. Elles ne servent à rien. On dirait un hommage à Lelouch qu’il se fait lui même avant sa mort. C’est stupide et sans intérêt. J’aurais préféré aussi que ça se finisse plus tôt parce que ça rend l’histoire trop concrète. Où s’arrête la fiction, où commence la réalité? Je n’aime pas ces histoires où on ne peut pas distinguer le vrai du faux.

Enfin, ce film est un bon film mais je ne m’extasierais pas dessus. Allez y si vous pensez que Lelouch peut vous plaire.

Critique par Claire

Il ne faisait pas parti des films que je voulais voir cette semaine mais je me suis quand même laissée tenter par l’envie d’Isa. Je ne vais pas m’y attarder dessus énormément, car je vais vous dire une première chose qui mettra tout au clair, je ne suis pas une grande fan de Monsieur Lelouch.

Le début est lent et trop long, on met beaucoup de temps à comprendre où il veut en venir (quand on y arrive). Nous avons des débuts d’histoires qui se mélangent avec d’autres débuts d’histoires et c’est complètement frustrant. Les scènes de guerre font « toc » et empêche le spectateur de se plonger dans l’histoire. On y arrive au bout d’une heure, peut être plus, pour en ressortir violemment dix ou quinze minutes avant la fin du film. Cette fameuse fin, d’ailleurs complètement ridicule, ressemble fortement à une fin de documentaire. C’est finalement le milieu du film qui le sauve : le moment où finalement on arrive à s’immerger.

Au niveau des acteurs, l’actrice principale m’est insupportable, sa voix est particulièrement désagréable. Si l’histoire ne vous avait pas encore donné mal à la tête c’est chose faite. Le meilleur acteur pour moi est (non ce n’est pas Raphaël loin de là) c’est Laurent Couson qui nous livre une admirable prestation.

En bref, comme le dit Isabelle si vous aimez Lelouch allez-y, pour les autres on ne peut que vous prévenir du risque d’indigestion.

Laisser un commentaire

Ces Amours-Là