babycall
    Amazon

Interdit au moins de 12 ans

Afin d’échapper à la violence du père de son fils âgé de 8 ans, Anna s’enfuit avec Anders pour s’installer en secret dans un grand immeuble résidentiel. Terrifiée à l’idée que son ex-mari ne les retrouve, Anna achète un babycall pour s’assurer qu’Anders soit en sécurité pendant son sommeil. Mais des bruits inquiétants semblent provenir d’un autre appartement : grâce au babycall, Anna entend même ce qu’elle croît être le meurtre d’un enfant. De son coté, Anders se prend d’amitié pour un mystérieux garçon aux cheveux noirs qui va et vient comme bon lui semble. Celui-ci aurait-il un lien quelconque avec les bruits entendus ? Pourquoi y a-t-il du sang sur un dessin d’Anders ? Sont-ils tous en danger ?

Critique par Claire

Je tiens d’abord à dire que ce film est suédois et norvégien et que je ne suis pas franchement receptive au cinéma nordique. Les plans fixes longs ne sont pas vraiment ma tasse de thé mais babycall a quand même réussi à tenir mon attention.

Tout d’abord grâce à Noomi Rapace qui me convainc un peu tous les jours qu’elle sera parmi les grandes dans pas longtemps. Ensuite il y a une ambiance oppressante assez sympathique qui se colle parfaitement au scénario.

Donc le vrai problème dans ce film reste ce dernier, les sujets traités sont intéressants mais au fur et à mesure l’histoire devient bancale. Je ne devrais pas trop en révéler pour ne pas ruiner votre perception du film mais je pense que de toute façon vous verrez rapidement où tout cela mène.

Finalement le scénario veut trop en dire, trop en faire dans le sens où plusieurs pistes sont utilisées mais aucune d’entre elles ne vont vraiment jusqu’au bout. C’est du cinéma nordique et il y a donc beaucoup de non-dits et ils sont parfois difficiles à suivre.

Le final donc doit être un « twist » mais il est beaucoup trop attendu pour l’être et vous vous attendrez à avoir des explications qui ne viennent pas.

Laisser un commentaire

Babycall