amourhiver
    Amazon

New York, au tout début du XXème siècle. Passé maître dans l’art du cambriolage, Peter Lake n’aurait jamais cru qu’un jour son cœur lui serait ravi par la charmante Beverly Penn. Mais leur idylle est maudite : tandis que Beverly est atteinte de tuberculose, Peter a été condamné à une mort bien plus violente par son ancien mentor, le diabolique Pearly Soames. Peter tente par tous les moyens de sauver la femme qu’il aime, à travers le temps, luttant contre les forces des ténèbres – et surtout contre Pearly qui s’acharne à vouloir l’anéantir. Désormais, Peter ne peut plus compter que sur un miracle…

Critique par Claire

Sur le papier, le film avait tout pour plaire…dans la réalité hélas les choses ne se sont pas forcément bien déroulées.

Un amour d’hiver présente un casting vraiment sympathique (même si je ne suis pas une fan de Colin Farrell) et commence plutôt bien. On a une belle ambiance, de beaux personnages, une base solide pour un scénario… puis au bout d’une demi heure (à vue de nez) tout s’effondre au fur et à mesure d’erreurs de rythme (c’est ainsi que je le sens). Plus le film avance et plus les personnages deviennent les caricatures d’eux mêmes. 

L’histoire fini par s’embourber et nous ne pouvons que remarquer que tout cela est bien gnangnan et d’une grande bêtise.

La conclusion du film est d’une lourdeur très hollywoodienne avec un discours sur le bien et le mal qui n’a pas évolué depuis des décennies… Il va falloir se réveiller !

  • Critiqué par
  • avril 2015

Laisser un commentaire

Amour d’hiver (Un)