36quai
    Amazon

Paris. Depuis plusieurs mois, un gang de braqueurs opère en toute impunité avec une rare violence. Le directeur de la PJ, Robert Mancini a été parfaitement clair avec ses deux lieutenants les plus directs, Léo Vrinks, patron de la BRI (Brigade de recherche et d’intervention), et Denis Klein, patron de la BRB (Brigade de répression du banditisme) : celui qui fera tomber ce gang le remplacera à son poste de grand  » patron  » du 36, quai des Orfèvres. La lutte est ouverte entre ces deux grands flics, autrefois amis, qu’aujourd’hui tout sépare : leurs vies, leurs méthodes, leurs équipes et une femme, Camille Vrinks…

Critique par Claire

Un film noir et bouleversant qui dresse le portrait d’hommes et de femmes à la fois rongés et passionnés par leur métier. 36 Quai des Orfèvres a un scénario d’une qualité rare très bien ficelé qui nous captive dès la première minute. Olivier Marchal signe un classique du polar avec un casting « poids lourd ».

En effet, Gerard Depardieu et Daniel Auteuil s’affrontent à l’écran dans un duel de « présence » et les deux s’en donnent à coeur joie pour des rôles qui semblent avoir été faits pour eux. 

La réalisation est réaliste, le rythme soutenu, on ne s’ennui pas une seconde à découvrir les méandres des fois peu glorieuses de la profession.

En bref, 36 Quai des Orfèvres est un classique que vous devez avoir vu au moins une fois, un polar français comme on les aime et comme il en existe de moins en moins avec le temps.

Laisser un commentaire

36 Quai des Orfèvres